jeudi 1 mars 2012

Les Papous de Nouvelle Guinée photographiés par Eric Lafforgue


















Depuis sa plus tendre enfance Eric Lafforgue est fasciné par les voyages et les pays lointains. Il a vécu quelques années en Afrique, lorsqu'il avait 10 ans, suivant, sans le savoir, les traces de Monfreid et de Joseph kessel à Djibouti, en Ethiopie et au Yémen. Il a commencé à faire de la photo en 2006, publiant ses clichés sur internet, après avoir travaillé quinze ans dans le monde de l'édition multimédia.

L'année suivante, après un voyage en Papouasie Nouvelle Guinée, Kubik remarqua son travail et publia un livre contenant ses photos. Peu après des magazines du monde entier commencèrent à publier son travail sur la Corée du Nord, les tribus d'Ethiopie, d'Angola... Il rejoint alors l’agence Rapho. En 2008, après seulement 2 années d'activité dans l'univers de la photographie, son travail sur les peuples de Papouasie est présenté au prestigieux Festival International de Photojournalisme VISA de Perpignan. Eric Lafforgue passe maintenant la plupart de son temps à voyager autour du globe, privilégiant les régions aux populations en danger et les pays les moins fréquemment visités. Son travail a été notamment publié dans National Geographic, Geo, Lonely Planet, CNN Traveller, ... il collabore régulièrement avec la BBC.

(...) On ne connaît l’existence des Papous des Hautes Terres que depuis les années 1930, date de leur découverte par des prospecteurs d’or australiens. Bien que colonie britannique depuis 1884, l’intérieur des terres de la moitié orientale de l’île de Nouvelle-Guinée ne fût exploré que tardivement par ces chercheurs d’or. À leur grande surprise, ces derniers découvrirent des vallées fertiles, intensément cultivées par une population nombreuse. Ces peuples présents depuis des millénaires ont vécu de façon relativement isolée les uns des autres jusqu’à l’arrivée des occidentaux.

La géographie contraignante de ce territoire explique leur forte sédentarité. Coutumes et traditions diffèrent donc sensiblement d’une tribu à l’autre sur une île qui ne compte pas moins de 800 langues différentes. Missionnaires, explorateurs et administration coloniale aménagent progressivement le pays, devenu protectorat australien, et apportent la civilisation occidentale sans heurts majeurs. Ceci amène des tribus vivant jusque là en relative autarcie à se rencontrer et à intensifier leurs échanges culturels et économiques. (Texte via)

Le site d'Eric Lafforgue

2 commentaires:

  1. Incroyable. Ces photos sont fabuleuses. Un grand merci à Eric Lafforgue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes ces couleurs, c'est magnifique... J'aurais aimé découvrir cette tribu.

      Supprimer